Un abonnement théâtral multisalles pour profiter d'une très belle sélection de spectacles à Bruxelles et en Wallonie ? C'est Nomade.be, une initiative originale pour vivre la culture en mouvement qui permet de choisir, à la carte, ses spectacles dans de nombreux lieux culturels à Bruxelles et en Wallonie.

Tous / Bruxelles / Charleroi / Huy / Namur / Classique / Comédie / Danse / Drame / Emotion / Historique / Humour / Réflexion / Théâtre musical / Vaudeville
Pas pleurer Marie-Aurore d'Awans et Malena Sardi
Mise en scène : Denis Laujol
Texte : Lydie Salvayre
Bruxelles / Drame / Emotion / Historique / Réflexion Théâtre de Poche - Bruxelles Les vendredi 24 mars 2017 et samedi 25 mars « Votre lettre m’enchante. Que vous ayez le désir de monter Pas Pleurer, juste par nécessité, m’enchante. Et que vous donniez le rôle de Montse à la femme que vous aimez m’enchante tout autant (…) » Courrier de Lydie Salvayre à Denis Laujol

Il s'agit du récit par Lydie Salvayre, de l’histoire de sa mère Montserrat, - dite Montse -, plongée dans la guerre civile espagnole, à l'été 1936. Montse, qui avait quinze ans à l'époque, en a aujourd’hui nonante. Elle est en proie à de gros troubles de mémoire, et a tout oublié de sa vie, excepté cette courte période.

Devant sa fille, avec qui elle partage « une petite anisette » qu'on devine strictement interdite par les médecins, elle raconte son petit village perdu en Catalogne. La vie n'y a pas changé depuis le Moyen-Age, rythmée par les récoltes d'olives, les fêtes de village, les mariages arrangés, son frère Joseph, fraîchement converti aux thèses anarchistes et son rival stalinien Diego, les disputes familiales, les premières tentatives de collectivisation, l'irruption de cette idée que, peut-être, tout pourrait changer… Puis la guerre et  l'exil... d’Espagne vers la France…

« Pas pleurer », c'est aussi ce que nous dit Lydie Salvayre, alors que nous avons toutes les raisons de pleurer devant la bêtise humaine, aujourd’hui comme hier. Ne pas baisser les bras. Ne pas avoir peur.
Pas pleurer a remporté le prix Goncourt 2014
Durée : +/- 1h15
Placement libre
Plus d'info Ajouter à ma sélection
Pas pleurer
Pas pleurer
Richard III Damien Avice, Mohand Azzoug, Etienne Baret, Bruno Bayeux, Nathan Bernat, Alexandre Dain, Flora Diguet, Anne Dupuis, Emeline Frémont, Damien Gabriac, Thomas Germaine, Thomas Jolly, François-Xavier Phan, Charline Porrone, Fabienne Rivier
Mise en scène : Thomas Jolly
Texte: Shakespeare

Charleroi / Classique / Drame / Historique Palais des Beaux-Arts (PBA) - Charleroi Les vendredi 12 mai 2017 et samedi 13 mai Shakespeare vs. Game of Thrones
Thomas Jolly et ses ami(e)s de la compagnie La Piccolia Familia se sont distingués au Festival d’Avignon 2014 par leur version épique et bigarrée du monumental Henry VI de Shakespeare (18 heures de spectacle !). Le jeune metteur en scène et comédien se lance cette fois dans une relecture de Richard III, qui conclut la tétralogie shakespearienne. Epilogue de cette fresque qui traverse la Guerre de Cent ans et celle des Deux Roses, cette nouvelle création interroge les fondements de la monstruosité. Aux côtés des quatorze comédiens et comédiennes de la compagnie, Thomas Jolly endosse lui-même le rôle du tyran difforme, qui demeurera dans les annales de l’histoire comme l’un des souverains les plus cruels et sanguinaires.
Au-delà du portrait du personnage, magnétique et fascinant, son Richard III dépeint les ravages d’une société meurtrie et dévastée par des décennies de combats fratricides, propice à la naissance des monstres de toutes sortes. Dans une esthétique qui n’est pas sans rappeler parfois celle des concerts rock, lightshows, musique électro-punk et costumes gothiques à l’appui, Thomas Jolly offre un spectacle à l’énergie grisante qui permet aux mots de Shakespeare de toucher un nouveau public, comme une sorte de nouveau théâtre populaire. Enfant de la génération Game of Thrones, il se livre à un travail minutieux de réappropriation du répertoire, créant des moments inédits de suspens, maintenant le public en haleine tout au long des quatre heures que dure la pièce. Le spectateur, haletant, se surprend à en redemander…

« Le rythme est excellent, tenu. On est emporté. » Le Figaro
Durée :4h
Places numérotées
Plus d'info Ajouter à ma sélection
Richard III
Richard III
 

Ma sélection

Valider vider