Un abonnement théâtral multisalles pour profiter d'une très belle sélection de spectacles à Bruxelles et en Wallonie ? C'est Nomade.be, une initiative originale pour vivre la culture en mouvement qui permet de choisir, à la carte, ses spectacles dans de nombreux lieux culturels à Bruxelles et en Wallonie.

Tous / Bruxelles / Charleroi / Huy / Liège / LLN / Namur / Classique / Comédie / Danse / Drame / Emotion / Historique / Humour / Musique / Réflexion / Théâtre musical / Vaudeville
Antigone Toussaint Colombani, Charles Cornette, Héloïse Jadoul, Gauthier Jansen, Elisa Lozano Raya, Isabelle Roelandt, Georges Siatidis, 5 danseurs (distribution en cours).
Mise en scène et chorégraphie : José Besprosvany
Texte : Sophocle
Classique / Danse / Drame / Historique / LLN Aula Magna - Louvain-la-Neuve Du vendredi 10 mars au jeudi 16 mars 2017 Son Œdipe avait marqué les esprits en 2013 au Théâtre Royal du Parc. Le chorégraphe et metteur en scène José Besprosvany poursuit son travail pluridisciplinaire autour des figures mythologiques. Pour Antigone, il mêle les vers de Sophocle – portés par des acteurs –, la musique et la danse. Une approche résolument moderne, qui rend accessible cette œuvre universelle.

Antigone et Créon, une rivalité vieille de plusieurs siècles et pourtant d’une brûlante actualité sous le regard de José Besprosvany. Ces deux personnages seraient-ils des visages de l’intégrisme religieux et politique qui remue nos sociétés ? Antigone est déterminée à aller jusqu’au bout pour honorer les lois divines tandis que Créon, souverain tyrannique, défend les règles de la Cité envers et contre tout. Deux figures opposées par leurs convictions mais semblables dans leur obstination.

Formé à l’école Jacques Lecoq à Paris et à l’école de Maurice Béjart à Bruxelles, José Besprosvany mène avec sa compagnie une réflexion et une recherche autour de la création chorégraphique et théâtrale, proposant de nouveaux alliages entre mouvement, musique et texte, comme dans son Prométhée enchaîné en 2010.
Durée : non connue
Places numérotées
Plus d'info Ajouter à ma sélection
Antigone
Antigone
Monsieur de Pourceaugnac Erwin Aros, Clémence Boué, Cyril Costanzo, Claire Debono, Stéphane Facco,
Matthieu Lécroart , Juliette Léger , Gilles Privat , Guillaume Ravoire , Daniel San Pedro , Alain Trétout
Mise en scène : Clément Hervieu-Léger
Texte : Molière

Charleroi / Classique / Danse / Historique / Humour / Théâtre musical Palais des Beaux-Arts (PBA) - Charleroi Les vendredi 17 mars 2017 et samedi 18 mars Monsieur de Pourceaugnac débarque de son Limoges natal dans le Paris des perversions afin d’y épouser la jeune Julie, avec une candide naïveté, propice aux moqueries, quolibets et traquenards de toutes sortes conçus par les féroces individus qui étaient censés l’accueillir. Pourceaugnac vit ainsi, de faux examens médicaux en parodies de procès, une vraie descente aux enfers.
Ecrite en 1669, cette comédie-ballet est sans doute la plus sombre et cruelle écrite par Molière. La farce est bien présente, mais son sujet principal n’apparaît ni particulièrement pingre, ni spécialement méchant ou envieux… et l’on ne peut que prendre en pitié ce bourgeois un peu simple dont le tort principal est de ne pas maîtriser les us et coutumes de la capitale.
Clément Hervieu-Léger (Sociétaire à la Comédie française) et William Christie (fondateur et directeur de l’orchestre baroque de réputation internationale Les Arts Florissants) unissent leur talent pour offrir un spectacle qui mêle intimement théâtre, musique et danse, tel que le souhaitait son illustre duo de créateurs à l’origine.

Transposée judicieusement dans le Paris des années ’50, cette nouvelle production du Théâtre des Bouffes du Nord invite sur scène une fabuleuse troupe de onze comédiens-chanteurs lyriques et dix musiciens placés à vue. On retrouve le souffle de la Commedia del’Arte dans les personnages de bandits, un peu de Jacques Tati dans les décors et costumes, la verve de Molière (d’une frappante actualité) et les merveilleuses envolées baroques, lyriques ou orchestrales, de Lully… Un spectacle total !
 
« Cette création est épatante » Ouest France

« Les spectateurs se réjouissent de ce spectacle musical » Le Figaro Magazine


Durée : 1h45
Places numérotées
Plus d'info Ajouter à ma sélection
Monsieur de Pourceaugnac
Monsieur de Pourceaugnac
Huis Clos De Jean-Paul Sartre
Mise en scène : Marcel Delval
Avec : Dolorès Delahaut, Bernard Gahide, Stéphane Ledune, Sylvie Perederejew


Bruxelles / Classique Théâtre des Martyrs - Bruxelles Du vendredi 28 avril au samedi 13 mai 2017 Trois personnages – un homme et une femme – à priori étrangers l’un à l’autre sont introduits par un majordome dans une pièce exigüe et sans fenêtres, dans laquelle sont juste disposées trois banquettes.
Que diriez-vous d'un petit voyage en enfer ?

Il paraît qu'on y hurle de plaisirs ! Grâce aux brodequins, tenailles, plomb fondu, pincettes, garrots, fouets, vitriol et pals ; mais tout cela n'est il pas que légende ?
L'enfer, lieu redouté pourtant par des millions de pécheurs. L'enfer décrit par Sartre est tout simplement un salon empire, sans miroirs, sans instrument de torture. Rien qu'une souffrance
de tête, un fantôme de souffrance, qui frôle, qui caresse et qui ne fait jamais assez mal - dixit Sartre.

L'Europe venait de connaître l'enfer sur terre, les camps de concentration, où Dieu n'est pas intervenu. Dieu n'existe pas, d'après Sartre et il le déplore. Aujourd'hui, certains le définirait comme un mécréant,
un blasphémateur. A l'époque, on et il se définissait comme étant un existentialiste athée.
Et voici, que débarquent dans ce lieu, trois pécheurs, comme vous et moi. Au début, ils s'observent et au fur à mesure ils vont s'entre-dévorer, dans une lutte sans merci. Mais, pas de blessure physique, que des blessures mentales. Le lieu n'ayant pas de miroirs, c'est le regard du partenaire qui servira de miroir et ce regard aura la force du vitriol. Pas de bourreau non plus, c'est le partenaire qui servira de bourreau, c'est du self service.
C'est cela le raffinement de l'enfer de Sartre, l'infernal et éternel huis clos.

« Un classique qui fonctionne et qui mérite d’être vu par toutes les générations. » Le Bourlingueur du net
Petite Salle
Durée : 1h15
Places numérotées
Plus d'info Ajouter à ma sélection
Huis Clos
Huis Clos
Richard III Damien Avice, Mohand Azzoug, Etienne Baret, Bruno Bayeux, Nathan Bernat, Alexandre Dain, Flora Diguet, Anne Dupuis, Emeline Frémont, Damien Gabriac, Thomas Germaine, Thomas Jolly, François-Xavier Phan, Charline Porrone, Fabienne Rivier
Mise en scène : Thomas Jolly
Texte: Shakespeare

Charleroi / Classique / Drame / Historique Palais des Beaux-Arts (PBA) - Charleroi Les vendredi 12 mai 2017 et samedi 13 mai Shakespeare vs. Game of Thrones
Thomas Jolly et ses ami(e)s de la compagnie La Piccolia Familia se sont distingués au Festival d’Avignon 2014 par leur version épique et bigarrée du monumental Henry VI de Shakespeare (18 heures de spectacle !). Le jeune metteur en scène et comédien se lance cette fois dans une relecture de Richard III, qui conclut la tétralogie shakespearienne. Epilogue de cette fresque qui traverse la Guerre de Cent ans et celle des Deux Roses, cette nouvelle création interroge les fondements de la monstruosité. Aux côtés des quatorze comédiens et comédiennes de la compagnie, Thomas Jolly endosse lui-même le rôle du tyran difforme, qui demeurera dans les annales de l’histoire comme l’un des souverains les plus cruels et sanguinaires.
Au-delà du portrait du personnage, magnétique et fascinant, son Richard III dépeint les ravages d’une société meurtrie et dévastée par des décennies de combats fratricides, propice à la naissance des monstres de toutes sortes. Dans une esthétique qui n’est pas sans rappeler parfois celle des concerts rock, lightshows, musique électro-punk et costumes gothiques à l’appui, Thomas Jolly offre un spectacle à l’énergie grisante qui permet aux mots de Shakespeare de toucher un nouveau public, comme une sorte de nouveau théâtre populaire. Enfant de la génération Game of Thrones, il se livre à un travail minutieux de réappropriation du répertoire, créant des moments inédits de suspens, maintenant le public en haleine tout au long des quatre heures que dure la pièce. Le spectateur, haletant, se surprend à en redemander…

« Le rythme est excellent, tenu. On est emporté. » Le Figaro
Durée :4h
Places numérotées
Plus d'info Ajouter à ma sélection
Richard III
Richard III
 

Ma sélection

Valider vider